Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le tract

"(...) Elle jeta un œil sur l’horloge, s’octroya ainsi cinq minutes de pause et décida d’aller boire son eau chaude aromatisée au calme du salon. Elle avait lu toutes les revues féminines sur la table basse, elle avait fini tous les mots croisés et sudokus, elle n’avait rien à faire. Sa curiosité piquée, elle s’introduisit dans la chambre de sa fille obèse adolescente lesbienne féministe radicale, avec qui elle fut parfois en conflit, pour ramener le tract en zone protégée dans le salon. Elle ouvrit le livret et lu :

À toutes les femmes dignes de ce nom,

Depuis des millénaires, la femme a toujours été victime de l’homme, qui n’a eu de cesse de l’asservir économiquement et sexuellement. Nous vivons dans un monde d’homme, fait par eux, pour eux. Nous n’y avons notre place qu'en tant qu’objet sexuel ou en tant que domestique. Combien de temps êtes-vous prêtes à l’accepter ? Une éternité si nous ne réagissons jamais.

Comment réagir ? Rien ne sert de s’engager avec des armes inoffensives. Les féministes réclamaient l’égalité des sexes. Elles n’ont obtenu que ce que les hommes ont bien voulu leur concéder, des leurres!

Nous quelques femmes et filles qui en avions marre de cette situation injuste avons décidé de nous regrouper pour faire évoluer la situation. Nous avons créé le groupe des Femmes Armées Masquées, dont le but est l ‘abolition de cet esclavage. Vous les filles, les femmes, les mères, les sœurs, il est à votre portée d’ouvrir les yeux sur votre condition de soumise passive, d’objet, de jouet de potiche, de tapisserie et refuser à jamais le futur qui vous est réservé.

Ps : les photos que nous diffusons proviennent de groupes de Femmes Armées Masquées disséminés clandestinement sur le territoire européen.

Elle referma le petit livret tract de propagande sur le rebondi de son ventre de ménagère assidue à Derrick et Almanzo Wilder, et resta un instant les yeux dans le vague…"

extrait de la nouvelle le tract, paru dans la gazette Le Chicon, 2006

 

 

Écrit par Djuls Lien permanent